Festival des Cinémas Différents et Expérimentaux de Paris
22ème édition
frenesarit

3 x Minispectacles Out Of TunePm

Maarit Suomi-Väänänen

Competizione #7

Diffusione live il sabato 17 ottobre alle 22:50 (UTC+2)

Sinossi

Minispectacles (Minispettacoli) è una serie di film di un minuto, di haiku cinematografici. La donna con la cinepresa tascabile.

Paese Finlandia/Svizzera/Ungheria
Anno2020
Formato di proiezioneDigitale
Durata3'50
Biografia

Maarit Suomi-Väänänen è un cineasta ed un artista mediale. Apprezzate per il loro fascino, l’assurdità e l’apertura a numerose interpretazioni, le sue opere sono state premiate e presentate in mostre, in televisione, all’occasione di biennali e di festival in più di 40 paesi.  Suomi-Väänänen ha vinto due premi importanti: Festival du Nouveau Cinéma, Montréal, 2009 e Toronto Urban Film Festival 2014 (con, nella giuria, Guy Maddin).

Testo del comitato di selezione

Il film è costruito come un haiku, una sorta di poesia giapponese la cui tradizione risale al XVII secolo, caratterizzata dalla brevità. Gli haiku erano generalmente destinati a evocare l’azione ineluttabile del tempo sulle cose, una sorta di vanità se si vuole. Composti da tre versi, la loro notevole potenza nel laconismo ha ispirato a Sergei Eisenstein fecondissime riflessioni sul montaggio cinematografico, sul rapporto tra le parti e l’insieme, il visualizzato e il mentalizzato, ecc. Qui la dimensione meccanica della formula si manifesta con l’equivalenza delle durate dei tre segmenti, ma soprattutto con la ripetizione della stessa formula musicale che evoca un incantesimo buddista. Sulle immagini notturne della sublime facciata neogotica del Parlamento ungherese, ci invita a meditare sulla grandiosità delle conquiste culturali, poi ci illustra la tensione universale del gioco di potere e di potenza e poi, in Svizzera, la tranquillità disinvolta di una città affascinante e senza storia. E forse è nella testa subacquea di questo cigno bianco immacolato che risuona questo incantesimo, assolutamente indifferente alle vanità umane. È vero che ciò che è grande e alto non è ciò che è apparentemente il più grande e alto.

Tradotto dal traduttore www.DeepL.com/Translator

(F.T.)
Intervista

FCDEP

Quel est le point de départ de votre film ? 

Maarit Suomi-Väänänen

Il y a quelques points clés. Tout d’abord, mon observation visuelle de l’environnement, et sa mise en perspective avec mon expérience culturelle et politique de l’espace public d’Europe de l’Est et de l’Ouest. J’ai procédé au mastering lors du mixage et du réajustement de la voix avec le chœur. J’ai tourné les séquences séparément et indépendamment, sans script ni plan, carpe diem, en expérimentant de manière curieuse, ludique et sérieuse. 

L’association de tous ces matériaux est le stimulus du montage. Je voulais également expérimenter la répétition comme une approche pratique et minimaliste de recyclage. Il y a la même piste audio principale dans chacun des trois morceaux. J’essaie de produire ces Minispectacles avec une empreinte carbone minimale. Pourquoi créer toujours du nouveau tout le temps, pourquoi masteriser ? Est-ce nécessaire ? Est-ce de la vanité ? Est-ce de l’art toxique ?

FCDEP

Qu’est-ce que tu entends par “haîkus cinématographique” ? 

Maarit Suomi-Väänänen

Minispectacles est une série de films d’une minute, des haïkus cinématographiques. 

Minispectacles désaccordés font la ronde avec les sons 

en Hongrie et en Suisse. 

Jusqu’au long métrage de 100 minutes. 

Une femme avec une caméra de poche.

 

Quand on me demande quand je vais faire mon long-métrage, je réponds minute par minute. Je vais créer cent Minispectacles en tout afin d’avoir un long-métrage de 100 minutes en main. J’en suis à la moitié maintenant ! J’ai terminé le documentaire de 52 minutes. La liste des “pays de coproduction” est assez impressionnante :  Bosnie-Herzégovine, Canada, Égypte, Finlande, France, Hongrie, États-Unis, Norvège, Royaume-Uni et Suisse. Il y a de nouveaux Minispectacles qui viennent de loin comme Buenos Aires, Oakland et Mars, mais aussi du voisinage et de la famille.

 

J’appelle mes films des comédies et des documentaires expérimentaux. J’aime mettre les choses sur le plan d’une perception et d’une connexion par l’absurde. C’est surtout la façon dont mon subconscient, mon sens de l’humour et mon esprit fonctionnent dans le processus. J’essaie d’échapper à l’industrie du cinéma en étant seule, une caméra de poche et une pure observation. Si une chose est stimulante ou dérangeante, touchante ou surprenante, je la filme.

 

Je ne me déplace plus dans les festivals, les expositions et les résidences pour créer, filmer ou commercialiser de l’art. Les œuvres peuvent voyager. En travaillant à distance, vous économisez de multiples ressources. J’essaie de travailler de manière aussi immatérielle et autonome que possible. Par exemple, j’utilise des images trouvées dans mes vastes archives de Minispectacles. Je réutilise, réédite et recycle le matériel de mes travaux précédents. Je réutilise la même image et le même son à l’intérieur des films. Je ne ferai même que des coupes franches en signe d’économie des ressources personnelles et naturelles !

 

Les Minispectacles sont une forme d’inspiration pour expérimenter le cinéma.  

Dans mon esprit, le dernier Minispectacle 100/100 est la plus petite œuvre. Le film le plus écologique n’est pas un film, pas d’ego.

Répéter - réutiliser - recycler - rejouer - se détendre. Pas de consommation. 

Restez dans la tabula rasa avec une toile vide pour que votre esprit puisse s’émerveiller et vagabonder. L’imagination est libre ? 

L’imagination est libre. 

L’imagination est libre !

https://www.av-arkki.fi/artists/maarit-suomi-vaananen/

FCDEP

Quelle était votre caméra ? 

Maarit Suomi-Väänänen

Depuis 2005, je filme les Minispectacles avec des appareils photo de poche et des smartphones durant mes voyages avec mes œuvres. Je suis paresseuse pour transporter des trucs et du matériel, donc le smartphone est pragmatique et littéralement pratique. Cependant, les décisions et les responsabilités d’un scénariste, d’un directeur de la photographie, d’un réalisateur, d’un preneur de son, d’un monteur et d’un producteur doivent être prises sur place. La qualité du smartphone est bonne de l’écran à la toile. Je travaille toujours sur la post-production de l’image et du son avec un concepteur sonore et un coloriste.

FCDEP

Combien de temps vous a pris l’élaboration de votre film ? 

Maarit Suomi-Väänänen

En 2017, je filmais en Hongrie quand j’ai participé à une exposition. En 2016, j’étais en résidence pendant cinq mois en Suisse. Les expériences audio et de chant ont commencé en 2018 lorsque j’ai rejoint la chorale. Le film s’est achevé juste au moment où la covid-19 a commencé. Le processus de montage a été intensif, du moins par rapport à la conception de l’image. Les tournages ont été longs (2016-2020), mais les films sont courts (3x1min). La projection à Paris sera la première mondiale. Merci beaucoup. Je suis très heureuse de partager ce moment avec vous en ligne.